Peter Gibson n’utilise pas le papier ou même des toiles pour donner vie à ses œuvres. Il préfère en effet utiliser le bitume des routes et le béton des immeubles. Des environnements urbains qu’il adore détourner.